Les enseignants crient pour se faire entendre sous leurs masques: une école à Chiny a trouvé la solution

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

Un baffle, un micro et Laurence est sauvée. Cette enseignante donne cours à l’Athénée Royal d’Izel à Chiny, en province de Luxembourg. Depuis la rentrée, elle force sur sa voix à cause du masque.

"La deuxième semaine, j’avais mal à la gorge, j’avais les cordes vocales en souffrance et j’ai dû prendre un arrêt maladie à cause de ce problème", confie Laurence Kohl, professeur de français.

Les enseignants crient pour se faire entendre sous leurs masques: une école à Chiny a trouvé la solution

Son école a investi 1.500 euros dans l’achat de micros qui sont reliés à un baffle. L’objectif est de faciliter l’écoute des élèves.

Actuellement, une vingtaine de professeurs les utilisent sur base volontaire.

Et l’établissement scolaire voit plus grand. Il réfléchit à un achat groupé avec d’autres écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Les enseignants crient pour se faire entendre sous leurs masques: une école à Chiny a trouvé la solution

Hanan Harrouch et Jean-François Six

A lire aussi

Coronavirus en Belgique: de nouvelles mesures en Brabant wallon prises ce matin? Coronavirus: comment se porte l'économie belge? Couvre-feu, fermetures ciblées,...? Yves Van Laethem donne son avis et il n’est pas optimiste Coronavirus: quand est-on le plus contagieux? Gros déploiement des pompiers et parents en panique à Messancy après un accident impliquant un bus: "Plus de peur que de mal" Des sessions de live painting dans un centre commercial d'Arlon: "On a voulu soutenir le milieu artistique, les commerçants et le milieu associatif"

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?