Pfizer n’a pas évalué les effets pharmacocinétiques, pharmacodynamiques et génotoxiques du vaccin: à moitié vrai

Pfizer n’a pas évalué les effets pharmacocinétiques, pharmacodynamiques et génotoxiques du vaccin: à moitié vrai

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

Dans une interview accordée à la Web TV d’extrême-droite TV Libertés, la généticienne Alexandra Henrion-Caude a déclaré ceci : "Le protocole de Pfizer n’a pas évalué les effets pharmacocinétiques, pharmacodynamiques et génotoxiques de son vaccin."

Réponse : À moitié vrai

La pharmacodynamique du vaccin Pfizer a bien été étudiée, conteste Benoit Muylkens, virologue à l’Université de Namur. "Pour rappel, la pharmacodynamie décrit les effets qu'un principe actif produit sur l'organisme. Elle est étudiée au travers de l'interaction entre la substance active et sa cible, ici la réponse immunitaire. La communauté scientifique a pu évaluer les 3 phases de développement clinique du vaccin Pfizer et du vaccin Moderna, les 2 spécialités basées sur l’ARN. Dans les données de phase 1 et 2 de Pfizer (Mulligan et al. Oct 2020, Nature), et dans les données de phase 3 (Polack et al. Dec 2020, NEJM), des données pharmacodynamiques sont bien rapportées."

Concrètement, "en ce qui concerne les effets des vaccins ARN, les études se sont bien intéressés à l’induction et au niveau d’induction des réponses sérologiques et cellulaires envers la cible moléculaire codée par l’ARN contenu dans le vaccin. Ainsi les mesures des niveaux de production d’anticorps envers la protéine S du SARS-CoV-2 ainsi que le dosage de l’Interféron gamma produit par les lymphocytes T auxiliaires (TCD4 TH1) constituent bien des mesures de pharmacodynamie des vaccins à ARN codant pour la protéine S. D’autres aspects de la pharmacodynamie sont également rapportés lorsque les chercheurs se sont intéressés à l’effet dépendant de la dose administrée (10, 30 ou 100 µg)", détaille-t-il.

Pas de données pharmacocinétiques ni génotoxiques, mais ces dernières ne sont jamais étudiées pour un vaccin

Pour la pharmacocinétique, "qui étudié le devenir d'une substance active contenue dans un médicament après son administration dans l'organisme, il est vrai que peu d’informations sont disponibles dans les publications", concède Benoit Muylkens. En réalité, des données pharmacocinétiques ont été fournies pour les excipients (les substances qui entourent le principe actif) présents dans le vaccin de Pfizer, mais pas sur le principe actif (ici l’ARN) lui-même. "Il est cependant probable que ces données accompagnent les dossiers d’enregistrement du vaccin et ait donc fait l’objet d’un examen par l’agence européenne du médicament", note-t-il.

Enfin, pour la génotoxicité, il n’est pas anormal de ne pas retrouver de données. En effet, "à ma connaissance, on ne teste pas la génotoxicité d'un vaccin. Mais la "toxicité" de cette technique a été testée dans de nombreux modèles in vitro et in vivo chez l'animal. La persistance des ARN in vivo est connue (+/- 48h). Peut-être pas avec le vaccin Pfizer, mais cela été étudié avec beaucoup d'autres ARN in vivo chez l'animal. Ces techniques sont testées chez l'animal depuis les années 1990", explique Eric Muraille, maître de recherches au FNRS, biologiste et épidémiologiste attaché à l’Université Libre de Bruxelles.

Le vaccin Pfizer risque d’empirer la maladie ? Faux

L’ARN du vaccin Pfizer peut interagir de façon non-désirée avec notre organisme ? Faux

2,7% des vaccinés par Pfizer se retrouvent en incapacité de travail : vrai… mais faux

L’efficacité du vaccin Pfizer n’a pas été évaluée chez les plus de 75 ans : faux

Les anticorps produits avec le vaccin Pfizer pourraient augmenter les chances de faire une forme grave de la maladie : faux

Une personne vaccinée rejette 6 fois plus de particules virales dans sa respiration ? Faux

La vaccination risque de provoquer l’émergence de nouveaux variants : vrai… mais moins que sans vaccination

L’ARN du vaccin Pfizer peut devenir de l’ADN qui peut s’intégrer dans notre génome ? Faux

La demande de ne pas tomber enceinte pendant les essais du vaccin Pfizer cacherait un risque pour les bébés : faux

Des traitements pour guérir du Covid comme l’hydroxychloroquine existent ? Faux

La pharmacovigilance en France ne surveillerait pas les effets secondaires déjà listés par Pfizer ? La Belgique et l’Europe le font…

Gaëtan Willemsen

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?