La vaccination risque de provoquer l’émergence de nouveaux variants: vrai… mais moins que sans vaccination

La vaccination risque de provoquer l’émergence de nouveaux variants: vrai… mais moins que sans vaccination

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

Dans une interview accordée à la Web TV d’extrême-droite TV Libertés, la généticienne Alexandra Henrion-Caude a déclaré ceci : "Ça risque de provoquer l’émergence de nouveaux variants. Et est-ce que ce n’est pas ça qu’on a vu en Afrique du Sud, en Angleterre, où chaque fois on a le mot variant qui apparait en même temps que la vaccination ?"

Réponse : Vrai mais moins que sans vaccination

Formulée ainsi, cette question laisse penser que c’est la vaccination qui a engendré l’apparition de nouveaux variants. Or il n’en est rien. "La vaccination n’accélère pas l’émergence de variants. Cette émergence est un phénomène naturel dans la dynamique évolutive du virus et était bien antérieure à l’utilisation des vaccins dans la population. Divers exemples peuvent être citées. Le variant D614G est apparu dès le mois de mars 2020 et s’est implanté à l’ensemble de la planète. Un variant plus contagieux est apparu en Californie au mois de juillet (Cal-20C) et constitue aujourd’hui plus de 40 % des isolats dans l’Ouest des Etats-Unis. Le variant britannique 501-V1 (B.117) est apparu au mois de septembre dans le Comté du Kent et s’est implanté au Royaume Uni bien avant l’utilisation de la vaccination", argumente Benoit Muylkens, virologue à l’Université de Namur.

Par contre, effectivement, "la vaccination représente une pression de sélection sur le pathogène. Ceux qui y échappent sont positivement sélectionnés. C'est le cas pour tous les vaccins qui sont utilisé dans le monde. Donc, oui, c'est vrai. Mais ça n'a rien de spécifique aux vaccins Covid et je ne connais qu'un seul cas d'échappement documenté à un vaccin", explique Eric Muraille, maître de recherches au FNRS, biologiste et épidémiologiste attaché à l’Université Libre de Bruxelles.

Un certain risque dû à la protéine S

Mais les vaccins anti-Covid actuels ont bien une spécificité qui pourrait amener à des variants qui rendraient ces vaccins moins efficaces. "Je pense que ce risque pourrait exister pour tous les vaccins anti-SARS-CoV-2 actuellement utilisés en Europe qui sont des vaccins sous-unitaires visant la seule protéine S. Il y a donc sans doute un certain risque qui doit être suivi de près. Néanmoins, cette protéine S est grande. Seuls certaines parties mutent, ce qui permet de conserver la reconnaissance d'autres parties par des anticorps ou par la réponse cellulaire. Je pense donc que le risque existe, mais il est mesuré et l'émergence de variants est suivies de très près", rassure Laurent Gillet, professeur de vaccinologie à l’Université de Liège.

La circulation du virus augmente les chances de variants

L’important, c’est de se rendre compte que sans vaccination, l’émergence de variants sera bien plus importante qu’avec vaccination. "La vaccination va, lorsque l’immunité de groupe sera atteinte, diminuer la probabilité d’émergence de variants. Si le virus continue à se multiplier dans une population non-vaccinée, la pression de sélection associée aux souches préalablement existantes existe aussi. Et dans ces conditions où le virus n’a pas de rempart immunitaire, sa circulation plus intense augmente les chances de voir émerger et se disséminer des variants", explique Benoit Muylkens.

Pourquoi, parce que "le virus mute à chaque fois qu’il se multiplie. Plus il y a de présence dans la communauté" et plus le risque de mutations est donc grand. Ce risque d’apparition de variants est dès lors moins grand avec la vaccination qu’avec une "prolifération sauvage" du virus, conclut Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus et Chef de service des maladies infectieuses au CHU Saint-Pierre de Bruxelles.

Le vaccin Pfizer risque d’empirer la maladie ? Faux

L’ARN du vaccin Pfizer peut interagir de façon non-désirée avec notre organisme ? Faux

Pfizer n’a pas évalué les effets pharmacocinétiques, pharmacodynamiques et génotoxiques du vaccin : à moitié vrai

2,7% des vaccinés par Pfizer se retrouvent en incapacité de travail : vrai… mais faux

L’efficacité du vaccin Pfizer n’a pas été évaluée chez les plus de 75 ans : faux

Les anticorps produits avec le vaccin Pfizer pourraient augmenter les chances de faire une forme grave de la maladie : faux

Une personne vaccinée rejette 6 fois plus de particules virales dans sa respiration ? Faux

L’ARN du vaccin Pfizer peut devenir de l’ADN qui peut s’intégrer dans notre génome ? Faux

La demande de ne pas tomber enceinte pendant les essais du vaccin Pfizer cacherait un risque pour les bébés : faux

Des traitements pour guérir du Covid comme l’hydroxychloroquine existent ? Faux

La pharmacovigilance en France ne surveillerait pas les effets secondaires déjà listés par Pfizer ? La Belgique et l’Europe le font…

Gaëtan Willemsen

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?