3.000 euros se sont envolés du compte en banque de Vinciane: "On nous accuse de négligence alors que nous n'avons rien fait !", estime-t-elle

3.000 euros se sont envolés du compte en banque de Vinciane: "On nous accuse de négligence alors que nous n'avons rien fait !", estime-t-elle

Les fraudeurs et arnaqueurs ne prennent jamais de vacances. Vinciane et son conjoint Damien (noms d’emprunt afin de garantir l’anonymat), ont pu en faire l’amère expérience très récemment. Ce couple de la région de Saint-Ghislain a souhaité nous raconter leur histoire via le bouton orange Alertez-nous, et ainsi, pouvoir prévenir d’autres potentielles victimes.

"Une soirée d’octobre, je reçois des multitudes de notifications via l’app Belfius venant du compte en banque de ma fille de 14 ans. Je me connecte, et je m’aperçois qu’elle a reçu une somme d’argent et ensuite cette somme a été viré sur le compte de ma compagne", raconte Damien. "Tout de suite après, ma compagne se connecte sur son compte et voit que celui-ci a été vidé ! Plus de 3.000 euros ! On s’aperçoit également que les limites journalières ont été modifiées afin de pouvoir effectuer les transactions".

Avec cet argent, des achats ont été faits sur les sites Bol.com et Sarenza. Normalement, un boitier, le code et la carte sont nécessaires pour pouvoir faire des transactions importantes, ce qui alerte tout de suite le couple. "Nous avons essayé de faire annuler les commandes, mais on nous répondait que ce n’était possible qu’avec un numéro de commande, que nous n’avions évidemment pas !"

Belfius n’a pas été en position d’aider la famille

Lorsqu’une erreur de la sorte arrive, on se tourne bien sûr directement vers sa banque. "Dès le départ ceux-ci partent sur une négligence alors que nous avons bien vérifié que nous n’avions jamais cliqué sur aucun lien, ni SMS. C’est bien la carte qui a été utilisée, et celle-ci n’a jamais été perdue et encore moins avec le code". Alors comment expliquer que cet argent ait pu être extirpé du compte par le(s) fraudeur(s) ?

"Nous n’avons pas à subir les failles de l’application Belfius !"

Contactée par la rédaction, la banque Belfius a souhaité réagir: "Utilisant probablement le stratagème classique, les fraudeurs sont entrés, d’une manière ou d’une autre, en contact avec la dame. Et celle-ci a dû – dans un contexte qu’elle n’a pas décrit à la banque - fournir les codes de confirmation qu’elle a pu générer grâce au digipass, permettant ainsi la création de l’application Belfius Mobile sur l’iPhone des fraudeurs".

La famille ne croit pas en cette réponse et pointe du doigt les failles d’un système. "Nous n’avons pas à subir les failles de l’application Belfius ! Nous nous sentons coupable de quelque chose que nous n’avons pas commis". En effet, si la banque juge que la faute revient aux utilisateurs, un remboursement n’est pas prévu par l’agence.

Un coup bien préparé

Pour l’agence Belfius, les fraudeurs ont simplement bien préparé leur coup. "Il est courant que les fraudeurs laissent alors passer quelques jours entre la prise de contrôle de l’app et la fraude, ceci pour endormir la confiance des gens et pour préparer les opérations frauduleuses. Ici, ils ont, à priori, également vidé le compte d’un tiers au profit du compte de la jeune fille pour globaliser leurs opérations", explique le service de presse de Belfius.

Bien que le vol soit douloureux, la famille se dit également touchée par le manque de considération: "Ces propos qui nous accusent de négligence nous font penser que nous méritons presque ce qui nous arrive".

Mais il faut le reconnaître: les fraudes ou tentatives de fraude via carte de banque et digipass se multiplient de manière exponentielle depuis quelques années. Tous les jours, nous recevons des témoignages à la rédaction de RTL info. Récemment, une nouvelle application proposée par Febelfin et le Centre pour la Cybersécurité Belgique (CCB) a fait son apparition afin d’aider la population à détecter de potentielles arnaques : SafeOnWeb. N’hésitez pas à vous y rendre et à consulter les conseils qui y sont prodigués afin de ne pas connaitre une telle mésaventure. Et surtout, à présenter ces informations aux plus jeunes et aux plus âgés. 


Louis Vandendriessche

A lire aussi

Les étudiants de l'ULB positifs au covid craignent d'être envoyés directement en seconde session: "Hors de question" Trafic de rendez-vous pour les contrôles techniques: "On a dû passer par les réseaux sociaux et payer 50€"

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?