Bien-être animal: 42 élus bruxellois rejettent l'interdiction d'abattage sans étourdissement

Bien-être animal: 42 élus bruxellois rejettent l'interdiction d'abattage sans étourdissement

Les partis DéFI-Groen-Open Vld avait déposé une proposition d'ordonnance pour interdire l'abattage sans étourdissement. Le parlement bruxellois a rejeté ce vendredi le texte. Plus précisément, les députés devaient valider ou non le rejet de la proposition. Le Parlement a validé par 42 "oui", 38 "non" et 8 abstentions les conclusions de sa commission de l'environnement tendant au rejet de cette proposition.

Ce vote clôt le débat sur les articles de cette proposition et sur les amendements, en particulier celui qu'Arnaud Vertstraete (Groen) se préparait à défendre et qui proposait un report de l'entrée en vigueur de la mesure jusqu'à un an après l'entrée en vigueur d'un Code sur le Bien-être animal que la Région doit encore élaborer.

Des votes dispersés au sein des partis

Comme pressenti depuis quelques jours et au cours du long débat en séance plénière, hormis le PTB, aucun groupe politique francophone n'a voté comme un(e) seul(e) homme/femme y compris parmi les co-signataires de la proposition.

Chez DéFI, le rejet de la proposition DéFI-Groen-Open Vld a été refusé par six députés sur dix et accepté par Mehmet Khöksal et Marc Loewenstein. Michaël Vossart et Nicole Bomele se sont abstenus.

Les autres abstentions sont le fait de Viviane Teitelbaum (MR); Céline Fremault et Christophe De Beukelaer (Les Engagés); Pierre-Yves Lux (Ecolo); Khadija Zamouri (Open Vld); et Pepijn Kennis (Agora).

Plus globalement, dans la majorité, les votes en faveur du rejet de la proposition ont été majoritaires au PS (14 sur 16). Comme annoncé par les intéressés en séance, Julien Uyttendaele et Véronique Jamoulle ont voté contre.

Chez les Verts, ils sont cinq sur quinze à avoir fait comme ces deux derniers (le chef du groupe John Pitseys, Ingrid Parmentier, Isabelle Peauthier, Thomas Naessens, Matteo Segers).

Les élus PTB ont tous voté en faveur du rejet de la proposition, à l'inverse de ceux de la N-VA et du MR (hormis Viviane Teitelbaum qui s'est abstenue) qui se sont prononcés contre le rejet.

Parmi les élus Vooruit (socialistes flamands), le chef du groupe Fouad Ahidar s'est prononcé pour le rejet, au grand dam de son président de parti Conner Rousseau. Celui-ci a annoncé l'éviction de l'intéressé du bureau politique du parti.

Une question de bien-être animal

Sans surprise, les trois auteurs principaux de la proposition, à savoir Jonathan de Patoul (DéFI), Lotte Stoops (Groen), et Carla Dejonghe (Open Vld) ont défendu la proposition durant le débat, et à l'issue de la séance.

Ainsi, le premier s'est réjoui du fait que le parlement ait pu débattre de ce sujet. Comme ses collègues co-autrices, il a rappelé que la proposition se fondait sur la préoccupation du bien-être animal. Ce vétérinaire de formation a ajouté qu'elle était aussi fondée sur la science.

Pour le MR, la cheffe de groupe Alexia Bertrand et la députée Aurélie Czekalski ont souligné qu'il existait désormais des solutions d'abattage pour réduire la souffrance animale tout en garantissant le respect des religions.

Donner la priorité aux croyances religieuses

"Si les membres du Parlement mettent aujourd'hui de côté les arguments scientifiques et juridiques pour donner la priorité aux croyances religieuses, qu'est-ce qui va les empêcher de le faire à nouveau à l'avenir - dans d'autres débats? Le parlement bruxellois piétine les fondements de notre État de droit laïque, et ce pour des raisons purement électoralistes", a déploré Cieltje Van Achter (N-VA).

Un vote contre des arguments scientifiques selon Gaia

L'association de défense des animaux Gaia a réagi outrée au rejet, vendredi, par le parlement bruxellois de la proposition d'ordonnance visant à interdire l'abattage sans étourdissement. "C'est hallucinant que des parlementaires ayant tous les arguments scientifiques à leur disposition nient que la terre est ronde", s'est ainsi offusquée Ann De Greef, la directrice de Gaia.

Délocalisation de la production de viande?

À l'opposé, Isabelle Emmery et Martin Casier (PS) ont plaidé pour le rejet de la proposition d'ordonnance. La première a notamment souligné les conséquences possibles d'une délocalisation de l'abattage sans étourdissement vers l'étranger sur l'emploi, les prix et le bien-être animal. Martin Casier a jugé que la proposition n'était pas proportionnelle, notamment parce qu'elle masque le fait que la viande halal et cachère sera bel et bien produite à l'étranger et vendue - plus chère - à Bruxelles.

Via Bruno Bauwens, le PTB a rejeté la proposition d'ordonnance, jugeant qu'elle ne se focalisait que sur les deux dernières minutes de la vie d'un animal et ne s'attardait guère sur la gestion inhumaine de toute la vie des 300 millions d'animaux produits par an par le marché capitaliste.

Les écologistes Ingrid Parmentier et Ahmed Mouhssin ont chacun exprimé leurs points de vue, l'une pour la proposition, et l'autre contre.

Chez DéFI, Marc Loewenstein a tenu à dire que la production de viande cachère ne tolérait aucune forme d'étourdissement. À ses yeux, tout en gardant l'objectif du bien-être animal, il faudrait avoir la sagesse de prolonger le débat avec les représentants des communautés religieuses sur ce sujet "éminemment sensible et complexe".

Céline Fremault (Les Engagés) s'en est prise davantage à la forme et la tournure du débat qu'au contenu pour dénoncer la prise de risque inutile qu'a constitué le dépôt de la proposition d'ordonnance sur la cohésion de la société bruxelloise et celle de la majorité, ainsi que sur l'écart entre le citoyen et le monde politique. À ses yeux, il eût à tout le moins fallu approfondir les choses.

C'est aussi le point de vue exprimé par Pepijn Kennis (Agora) qui a demandé une remise du débat sur le métier en commençant par une commission délibérative à laquelle participent les citoyens.

À ce propos, Arnaud Verstraete (Groen) a tenté en vain d'obtenir un refus des conclusions de la commission tendant au rejet de la proposition d'ordonnance et une modification de celle-ci pour une entrée en vigueur un an après l'adoption d'un Code bruxellois sur le Bien-être animal.

Belga

A lire aussi

Parlement flamand - Feu vert quasi unanime à l'interdiction de l'abattage sans étourdissement à partir de 2019 Port du voile, abattage rituel... Ecolo ordonne le retrait d'un tract polémique sur la liberté de culte (photos) Abattage rituel: la vidéo de Didier Reynders qui embarrasse le MR Manneken-Pis habillé en gendarme de St-Tropez: voici pourquoi Un homme meurt dans une bagarre à Bruxelles: plusieurs suspects interpellés Paiement électronique partout, permis pour adopter un animal… Voici tout ce qui change ce 1er juillet

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?