Le Bayern Munich domine le FC Séville et remporte la Supercoupe d'Europe (vidéo)

Le Bayern Munich a remporté la Supercoupe d'Europe, qui met aux prises le vainqueur de la Ligue des Champions et celui de l'Europa League, en battant le FC Séville 2-1 après prolongations, jeudi, à la Puskas Arena de Budapest. Javi Martinez a inscrit le but décisif à la 104e minute. Avant cela, Leon Goretzka (34e) avait répliqué au but d'ouverture de Luis Ocampos (13e, penalty).

Le Bayern Munich est resté sur le toit de l'Europe du football en remportant après prolongation la Supercoupe d'Europe contre Séville (2-1 a.p.), jeudi à Budapest devant un public venu en masse, une première en compétition européenne depuis mars malgré une pandémie toujours omniprésente.

Entre le stade de la Luz de Lisbonne, antre du sacre bavarois en Ligue des champions fin août, et la Puskas Arena de la capitale hongroise, rien n'a vraiment changé dans la hiérarchie du football européen: malgré une prolongation, le Bayern est resté intouchable sur le Vieux continent, grâce à un insubmersible Manuel Neuer et un improbable Javi Martinez, buteur décisif inattendu (104e) alors que la presse l'annonce en partance pour Bilbao...

Le club allemand accroche un nouveau trophée dans son armoire, sa 2e Supercoupe d'Europe après 2013, année où les Munichois avaient, comme en 2020, signé un triplé Championnat-Coupe nationale-C1.

Ce qui a bien changé en revanche par rapport au succès munichois de l'été, c'est que les Bavarois, invaincus depuis désormais 32 matches, ont pu célébrer devant des tribunes - partiellement - remplies, et non devant des sièges vides comme au Portugal.

Car cette Supercoupe d'Europe fut le premier événement footballistique européen à rouvrir ses portes aux fans, l'UEFA espérant, malgré une situation sanitaire alarmante en Europe et notamment en Hongrie, en faire un "projet pilote" en vue d'un accueil plus massif du public dans les mois à venir.

Ambiance et spectacle

Malgré de nombreuses critiques venues d'Allemagne - qui a classé la Hongrie en "zone à risque" sanitaire -, l'instance européenne a plutôt réussi son coup, en parvenant à faire respecter la distanciation sociale aux 15.500 spectateurs annoncés, même si le masque ne fut pas gardé par tout le monde.

Pour revivre l'ambiance unique d'un habituel grand rendez-vous de football continental, il faudra sans doute attendre, mais il y eut tout de même enfin de l'ambiance dans un stade d'Europe, grâce aux spectateurs locaux qui représentaient plus de 90% de l'affluence de la soirée, mais aussi grâce aux multiples haut-parleurs disposés au-dessus des tribunes pour distiller un son d'ambiance pré-enregistré à certains moments chauds...

La soirée hongroise fut aussi réussie de par le spectacle offert par les deux équipes, toutes deux au rendez-vous physiquement malgré une préparation écourtée et un été surchargé.

Le Séville FC, probant vainqueur de la Ligue Europa en août après avoir fait tomber successivement l'AS Rome, Wolverhampton, Manchester United et l'Inter Milan, avait beau ne reprendre la compétition que jeudi, cela ne s'est pas vu.

Neuer et Martinez héroïques

L'ancien Marseillais Lucas Ocampos a transformé un penalty provoqué par la nouvelle recrue Ivan Rakitic (13e), pour le plus grand bonheur des quelque 350 supporters sévillans survitaminés ayant osé faire le déplacement malgré les contraintes sanitaires incluant la présentation obligatoire d'un test virologique négatif à l'entrée en Hongrie.

La machine Bayern n'avait plus été menée toutes compétitions confondues depuis onze rencontres, mais le but somptueux de Leon Goretzka, après un bijou de remise dos au but de Robert Lewandowski (34e), fut une démonstration supplémentaire que ce club ne doute pas.

Le Polonais, tout juste nommé par l'UEFA parmi les trois candidats au titre de joueur européen de l'année, a ensuite failli marquer un but magnifique dans sa construction collective, mais finalement annulé par l'assistance vidéo pour une position de hors jeu (51e).

Le buteur de la finale de C1 contre le Paris SG Kingsley Coman absent pour cause de quarantaine - il a été en contact avec une personne touchée par le Covid-19 -, le héros du soir s'est finalement appelé Manuel Neuer. Le gardien allemand, 34 ans, a évité la débâcle aux siens en signant deux arrêts exceptionnels devant Youssef En-Nesyri (87e, 102e).

En prolongation, il a été suppléé par un homme qu'on n'attendait plus, Martinez, qui disputait là peut-être son dernier match avec Munich - son transfert à Bilbao est annoncé par de nombreux médias - mais a trouvé les ressources pour marquer de la tête. Difficile de mieux terminer son aventure avec ce club toujours aussi avide de titres.

REVIVRE LES MEILLEURS MOMENTS:

C'EST FINI!

104e: BUT POUR LE BAYERN! De la tête, Javi Martinez met son équipe aux commandes! C'est 2-1.

93e: En-Nesyri trouve le poteau! L'attaquant de Séville passe devant Alaba et bute une nouvelle fois sur Neuer, qui dévie le ballon sur le montant!

FIN DU MATCH

90e+1: carte jaune pour Hernandez.

87e: Neuer évite le pire! Les Allemands sont passés tout proche de la catastrophe sur cette contre attaque sévillane: seul face au gardien, En Nesyri perd son duel face au gardien bavarois!

79e: Müller maintenant! L'ex international allemand combine avec Hernandez sur le côté gauche et conclut par une frappe puissante à ras de terre. Bono se couche bien pour capter le ballon.

77e: Lucas Hernandez tente une reprise de volée du gauche sur un nouveau corner bavarois. Sa frappe passe juste à côté du cadre!

70e: carton jaune pour Fernando.

63e: encore un but refusé au Bayern! Sané avait poussé le ballon dans le but vide après une frappe de Goretzka détournée par Bono.

59e: superbe frappe de Gnabry depuis l'extérieur de la surface, qui contraint Bono à s'employer. Sané pense pouvoir conclure devant le but mais le Brésilien dévie sa frappe!

53e: BUT REFUSE! Lewandowski était bien hors jeu sur le centre de Leroy Sané.

MI-TEMPS

36e: BUT ANNULE! De Jong pense redonner l'avantage à son équipe mais l'arbitre de touche lève son drapeau. Les Bavarois s'étaient arrêtés.

34e: BUT POUR LE BAYERN MUNICH! Leon Goretzka égalise après une superbe action collective! C'est 1-1.

30e: long ballon de Neuer vers Lewandowski qui bute sur Bono! Il a tenté de piquer son ballon mais le gardien ne s'est pas jeté!

22e: Lewandowski est parfaitement lancé sur la droite de la surface et remet en retrait pour l'Allemand aux 6 mètres. Gêné par Koundé, le champion du monde 2014 manque sa reprise!

13e: BUT POUR SEVILLE! Lucas Ocampos ouvre le score sur penalty! C'est 0-1.

1e: coup d'envoi de cette finale!

Voici la composition des équipes:

Bayern Munich: Neuer, Pavard, Süle, Alaba, Hernandez, Goretzka, Kimmich, Sané, Müller, Gnabry, Lewandowski.

FC Séville: Bounou, Navas, Koundé, Diego Carlos, Escudero, Rakitic, Fernando, Jordan, Suso, De Jong, Ocampos.

Arbitre: Anthony Taylor (ANG).

L'AVANT-MATCH:

Comme lors du "Final 8" de la C1 à Lisbonne à la fin de l'été, il y aura dans la capitale hongroise un immense favori sur la pelouse, le Bayern et ses stars, opposés jeudi soir à Séville, lauréat de la Ligue Europa en Allemagne le mois dernier.

Mais au contraire des travées portugaises en août, les tribunes du flambant neuf stade Puskas de Budapest, l'une des douze enceintes programmées pour l'Euro en juin 2021, ne seront pas dégarnies: pour la première fois depuis la fin de l'hiver, un match européen rouvre ses portes à un public nombreux.

Quelque 30% des 68.000 places que compte l'enceinte ont en effet été mises en vente, soit environ 20.000 spectateurs initialement attendus par l'UEFA, qui voulait faire de sa grand-messe de rentrée un "match test" pour le retour tant espéré des chants et de l'ambiance après des mois de huis clos et de silence.

Mais une fois de plus, l'instance européenne a été rattrapée par une pandémie de nouveau coronavirus loin d'être maîtrisée, et le "match test" est désormais plutôt un match de la peur, malgré de drastiques mesures sanitaires prises par les organisateurs (tests PCR négatifs exigés, prise de température, masques, distanciation...).

Vers une vague d'infections?

Car la Hongrie ne fait pas exception dans une Europe toujours sévèrement touchée: le virus y circule activement, ses frontières sont fermées hormis pour les voyages d'affaires ou événements exceptionnels, et le pays est classé "zone à risque" sanitaire par plusieurs nations européennes, dont... l'Allemagne.

Dès lors, il a été difficile de convaincre les supporters bavarois de se lancer dans ce périlleux déplacement, d'autant plus que celui-ci leur imposait d'effectuer un test virologique avant leur arrivée, et un autre à leur retour en Allemagne à moins de respecter une quarantaine de deux semaines...

Le chef du gouvernement régional de Bavière, Markus Söder, s'est d'ailleurs publiquement inquiété en début de semaine, indiquant qu'un déplacement dans la capitale hongroise n'était "pas raisonnable". "Nous ne pouvons pas prendre de risque avec 2.000 ou 3.000 personnes qui sans doute, et c'est compréhensible, se prendront dans les bras dans une grande liesse. Nous aurons alors une gigantesque vague d'infections", a-t-il mis en garde.

Conséquence: quelque 800 supporters bavarois ont rendu leur ticket pour Budapest et ils ne seront que 1.300, selon l'UEFA, à faire le déplacement. Du côté du Séville FC, récent vainqueur de la Ligue Europa, 500 fans sont attendus, sur les 3.000 places initialement réservées par l'UEFA pour chaque délégation.

"Le Bayern Munich a tout intérêt à ce que ce match ne devienne pas l'Ischgl du football", a déclaré Karl-Heinz Rummenigge, le président du club bavarois à la chaîne de télévision ZDF en référence à la station de sports d'hiver autrichienne d'Ischgl, surnommée "l'Ibiza des Alpes" pour ses soirées débridées, et considérée en mars comme l'un des premiers foyers du coronavirus en Europe.

Le Bayern, c'est 22 victoires d'affilée

Pour Munich, il faut donc se résoudre à disputer la rencontre, se réjouir d'avance du (maigre) soutien promis aux multiples champions d'Europe depuis les tribunes, et espérer, surtout, que l'événement ne devienne pas une "Super Spreader Cup" ("Coupe des super-contaminateurs"), comme l'évoquait le quotidien allemand Bild mardi.

L'autre sujet venu noircir un peu plus le tableau sera l'état de forme de la superstar Robert Lewandowski: le Polonais, victime d'un coup à une cheville, ne s'est entraîné qu'une douzaine de minutes mardi...

A part ça, le Bayern semble prêt, malgré l'absence du héros de Lisbonne Kingsley Coman, mis en quarantaine après avoir été en contact avec une personne positive au Covid-19.

Le club champion d'Allemagne a écrasé Schalke en ouverture de la Bundesliga vendredi (8-0), signant là une 22e victoire d'affilée, série qui tient depuis le mois de février avec entretemps la conquête de la Bundesliga, de la Coupe d'Allemagne et de la Ligue des champions, pour garnir l'armoire à trophées du "Rekordmeister".

En face, Séville arrive également en confiance - 21 matches sans défaite de suite -, mais sans repères: les Andalous, ménagés par la Ligue espagnole lors des deux premières journées de championnat en raison de leur parcours en Ligue Europa, n'ont pas encore repris la compétition.

RTLSport avec AFP

A lire aussi

Kevin De Bruyne, Lewandowski ou Neuer? Qui mérite d'être élu Meilleur joueur UEFA de la saison?

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL sport

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?